Il y a peu de temps je publiais mon article sur la timidité. J’ai été étonné de tout l’engouement autour de ce sujet-là, ça m’a vraiment touché. D’anciennes camarades sont venus à moi pour me féliciter du chemin parcouru. Aujourd’hui j’ai 25 ans et je suis totalement l’opposé de la petite-fille de 16 ans qui manquait de confiance en elle. Si je devais faire un bond dans le passé, voici ce que je dirais à mon « moi » ado :

A lire : Comment vaincre la timidité

Voici que je dirais à mon « moi » ado

Persévère, un jour tu ne seras plus timide

C’est le défaut qui aura marqué ma vie à jamais. Je me rends compte que je suis passé à côté de belles choses à cause de cette timidité. Pour m’encourager et gagner du temps, je dirais à mon « moi » ado de persévérer, de sortir de ma zone de confort pour me débarrasser de ce défaut. Qu’un jour je serais une femme extravertie qui n’a plus peur de parler aux autres.

 

D’arrêter de baisser mes critères

C’est bien la bêtise que j’ai répétée encore et encore. Je n’avais pas conscience de ma valeur donc j’ai fini par oublier mes critères et j’ai fréquenté des personnes qui n’en valaient pas la peine. Je me disais toujours « ce n’est pas grave si untel est comme ça » alors que si. Mes valeurs sont l’authenticité, la bienveillance et la positivité dans mon quotidien alors pourquoi me mettre en couple ou fréquenter des amis qui sont tout le contraire ? Sous prétexte que je ne mérite pas d’avoir de tel critère par manque de confiance . Il n’y a aucune honte à avoir des critères. J’enchaînais les déceptions car j’avais espoir que ces personnes changent et rejoignent mes valeurs. Mais ce que j’ai appris c’est qu’on ne change pas la personnalité et les valeurs de quelqu’un. Comment faire dans ce cas-là ? Ne pas baisser ses critères et ne fréquenter que les personnes qui nous ressemblent. C’est ce que je fais aujourd’hui et je suis pleinement épanouie. Ce que je dirais à mon « moi » ado c’est d’arrêter de perdre du temps avec des personnes qui sont tout l’opposé de tes valeurs. D’arrêter tout ça pour ne plus être sans cesse déçue.

Ce que je dirais à mon « moi » ado

Je vais connaitre des échecs mais ce n’est pas grave

Je ne compte plus les fois où j’ai échoué. Beaucoup de blogs ou de comptes instagram de développement personnel parlent de réussite, de bien-être mais jamais d’échecs. D’ailleurs en France c’est un aspect qu’on montre peu, comme si c’était la honte d’échouer dans sa vie. Pour ma part j’en ai connu pas mal. Maintenant, étant donné que je connais ce que c’est d’avoir un échec, ça ne me touche plus. Ça aura même tendance à me rebooster. Mais quand j’étais ado, ça mettait un gros coup dans mon moral et dans mon estime. « Je n’y arriverai jamais » « pourquoi je n’ai pas réussi ? Je suis nulle » c’était le type de phrase que je me disais.

Je me dirais que ce n’est pas grave et que ces échecs sont nécessaires pour que je puisse évoluer dans ma vie d’adulte.

A lire : Pourquoi c’est bien de faire des erreurs

 

Ose t’affirmer

Je n’ai jamais été une fille avec un gros caractère mais aujourd’hui je sais me faire respecter. Quand quelque chose ne me convient pas j’ose le dire. Je ne me laisse plus marcher sur les pieds. Dans mes relations je disais oui à tout, je n’osais pas contredire la personne en face même si je n’étais pas d’accord avec ses propos. Lors de disputes, j’étais celle qui se faisait bouffer. J’en ai beaucoup souffert. À mon « moi » ado, je lui dirais de m’affirmer. D’oser dire non quand ça ne me convient pas, de ne pas céder à la pression et d’affirmer mes propos.

A lire : Se libérer d’une croyance limitante

 

Ne cherche pas l’approbation des autres

Je ne compte plus les fois où j’ai abandonné des projets car je n’avais pas eu l’encouragement des autres. On me disait que c’était nul, que c’était compliqué de se mettre à son compte. Je ne compte plus les fois où j’ai fait des choses juste pour plaire aux gens, pour rentrer dans le moule. Ce que je me dirais c’est ne cherche plus l’approbation des autres et fait les choses pour toi. Tant pis si ça ne plaît pas à untel, fais les choses comme tu le sens.

 

Arrête de complexer, tu es jolie

J’ai passé ma vie à être complexé. La période où j’étais le plus mal dans ma peau reste la période collège / lycée, mon adolescence. C’est pourquoi je ferais un discours pour dire que ça ne sert à rien de se comparer aux autres. Mes complexes sont juste quelque chose non fondé, que les autres ont tort de me rabaisser. Je dirais que chacun à sa propre beauté et que j’arrête de courir vers la perfection. Ça n’existe pas. Je dirais à mon « moi » ado que je suis une fille jolie, que je devrais adorer mes imperfections plutôt que de les critiquer. Et surtout continue d’aimer le maquillage car c’est cette passion qui te fera dévoiler ton atout et oublier un à un tes complexes.

A lire : Se débarrasser d’un complexe

 

Et toi ? Tu pourrais lui dire quoi à ton « toi » ado ?

8

Pin It on Pinterest

Share This