Impossible de passer à côté du #NoBra , autrement dit le sans soutien-gorge. Que ce soi pour soutenir le mouvement féministe qui veut libérer les poitrines ou pour simple raison de confort, les femmes sont de plus en plus nombreuses à se débarrasser de leur soutien-gorge. Voilà maintenant plusieurs mois, même plus d’un an que je n’en porte plus et je ne me suis jamais aussi senti bien dans ma peau. Je voulais vous raconter le pourquoi j’y ai renoncer, comment je le vis aujourd’hui.

Soutien-gorge-nobra

La raison première pour laquelle j’ai commencé à sortir sans soutien-gorge est par FLEMME. Oui vous avez bien lu. Ça a commencé lorsque chaque matin je devais ramener ma sœur en voiture à son boulot (taxi bonjour). Je n’avais tellement aucune motivation à la ramener que ma routine était de me lever, mettre les premiers vêtements qui me venait, et sortir sans soutien-gorge pour la ramener. Je le faisais essentiellement quand j’avais la flemme. J’osais uniquement lorsque je portais un gros pull ou quand je devais rester dans la voiture. C’était hors de question de sortir comme ça dans la vie courante.

Le mouvement #NOBRA

J’ai ensuite entendu parler du #NoBra via Hellocoton et autres plateformes. Ça m’a intrigué et donc je me suis renseigné sur les bienfaits de ce mouvement. Contrairement aux préjugés, porter un soutien-gorge au quotidien est néfaste pour la poitrine et à tendance à la faire tomber. En effet, les seins ayant l’habitude de se « faire porter » tous les jours, les tissus de soutien s’affaiblissent. A côté de ça, se rajoute une amélioration de la posture du dos et moins de douleurs. En y réfléchissant, j’avais toutes les raisons de ne plus porter de soutien-gorge:

  • Marre de ne JAMAIS TROUVER MA TAILLE en magasin : je fais un 85E et je peine à trouver dans les magasins de lingeries. Très peu de taille selon les modèles, quand je tombe sur le bon bonnet c’est le tour de taille que je ne trouve pas. Lorsque je faisais du D ou C c’était un plaisir de faire ces magasins. Maintenant c’est un réel case-tête. Je m’estime tout de même heureuse de trouver  mon bonnet dans quelques enseignes, ce qui n’est malheureusement pas le cas de celles qui font de plus grosses tailles.
  • C’est INCONFORTABLE. Quel soulagement de de-graffer son soutif en rentrant du boulot ! Même si l’on a un soutien-gorge adapté, on ne se sent jamais aussi bien que lorsqu’on le retire.
  • LE PRIX  : une belle lingerie de qualité ça a un prix ! Les moins chers m’ont coûté 24€ à H&M, lorsque j’ai voulu prendre de la lingerie plus travaillée, le soutien-gorge était à plus de 40€! Pour celles qui ont de plus grosses poitrines, on peut monter jusqu’à 100€ le soutien-gorge, c’est hors de prix.
  • CHIANT A METTRE : ça prend du temps à se mettre, c’est embêtant à s’enlever. Quand tu n’en porte plus, tu as juste à enfiler ton tee-shirt, sauter dans ton jean et tu es prête à partir de chez toi

soutien-gorge

1 an sans soutien-gorge, quel constat?

Ma première fois dehors sans soutien-gorge (sans que ça soi un gros pull épais) ? Je me suis senti un peu mal à l’aise. J’avais cette impression que le monde entier savaient que je n’en portais pas. J’ai diminué doucement le port du soutif jusqu’à carrément ne plus en mettre. Avant ça, j’entendais mon entourage dire « avec une petite poitrine c’est plus facile de sauter le pas »… Quand je l’ai fait ils ont étaient surpris. Ce n’était pas aussi choquant qu’ils le pensaient et oublient même que je n’en porte plus. Que vous ayez un bonnet A ou un bonnet F, rien ne vous empêche d’être libre.

1 an après mon mouvement #NoBra , j’ai constaté que ma poitrine était légèrement plus ferme et que je l’a trouvé beaucoup plus jolie qu’en portant une lingerie. Concernant la posture du dos, une nette amélioration mais rien de bien fou, Ce qui a réellement changé depuis, c’est la façon de voir mon corps, c’est la liberté et le bonheur de ne plus rien porter.

27

Pin It on Pinterest

Share This