Je n’ai pas de parcours sans fautes

Cette année scolaire 2018/2019 je repasse mon BTS en candidat libre. Je l’avais raté il y’a deux ans de très peu et au fond ça me frustre énormément. C’est l’occasion de vous parler de mon parcours qui est loin d’être sans fautes, et suivi de beaucoup d’embûches.

Mon premier changement d’orientation

Au collège j’ai été mal conseillé, comme beaucoup d’ailleurs. Je pense que c’est très compliqué de savoir à l’âge de 15 ans quelle filière prendre ainsi ce que l’on veut faire plus tard. J’avais un bulletin a 12 de moyenne, j’étais assez flemmarde. Je n’étais pas le genre à faire des fiches ou a réviser à fond. Au moment des vœux je n’avais encore aucune idée où aller. C’est seulement lors du conseil de classe, qu’on prend une décision à ma place. Celle de partir en secrétariat dans un lycée professionnel. Etant timide et réservé, je suis oui sans broncher, mais au fond ça ne me plaisait pas plus que ça. Ma seconde se passe, mais la première passe mal. Je ne supporte plus ma filière. Je décide de changer de parcours scolaire et passer en commerce. Déjà parce qu’il me fallait un lycée mais aussi pour m’aider à surmonter ma timidité maladive.

Je fais ma première et terminale dans un lycée professionnel. J’ai fais de bonnes rencontres et des mauvaises. Des grosses difficultés à m’intégrer mais mis à part ça les notes sont excellentes. J’ai finis 1 ère au baccalauréat sans vraiment bosser. Dans la continuité du bac pro commerce c’était généralement BTS Management des unités commerciales. Je n’ai pas le caractère pour être manager pour être honnête avec vous. Mais j’ai foncé, et j’ai été accepté à ce BTS.

Le BTS MUC

La première année se passe bien. Le BTS en lui même est intéressant mais je sais que ce n’est pas un cursus où je m’épanouis totalement. J’ai des notes raisonnables en faisant des fiches révisions la veille (quand je disais être une flemmarde). Seul problème au tableau, le stage. Mon côté timide revient dans le côté professionnel et casse toute ma motivation. Je rate la plupart de mes fiches d’activité en fin de première année. J’arrive en deuxième année, en pleine démotivation, j’étais vraiment près de la dépression. Beaucoup de problèmes dans ma vie personnelle, le stage qui se passait mal avec une patronne qui me rabaissait… peu importe à l’heure où je me couchais j’étais fatiguée le lendemain et pour toute la semaine. Dans ma tête c’était « révise un peu même si tu n’auras jamais le BTS à cause du stage« .

Verdict: n’ayant pas l’avis favorable, j’ai raté le BTS de 0,23pts. J’ai pleuré…

La vie active

Après le BTS, j’ai fais un petit boulot d’hôtesse de caisse pendant 7 mois. Le seul point positif de cette expérience est ma timidité qui a quasiment disparu. Mis à part ça catastrophique. On avait des formation caisse chaque lundi. C’était clairement l’humiliation. J’apprenais des choses niveau collège puis on nous parlait comme si on était des enfants, j’ai horreur de ça. Moi qui ne voulait plus reprendre des études dû à la dépression du BTS, j’ai eu un élan de motivation.
Ne sachant pas dans quoi partir, je décide de partir en culture et médias. Le côté médias m’intéressait énormément.

La licence Culture et médias

Je m’inscrit en septembre, je leur dit que j’ai validé une première année de bts et que j’aimerais passé en deuxième année. Histoire de ne pas perdre de temps. Malheureusement, j’atterris en première année. Je me retrouve avec des élèves beaucoup plus jeune que moi. L’entente est superbe mais ça m’a fais réalisé que j’ai énormément de retard… Mes anciens camarades valident leur master et j’en suis encore à la première année de licence…
Déception pour cette année. Attention, je ne crache pas sur cette filière, certains ont adoré. Mais pour ma part, je m’attendais à mieux. Il y’avait beaucoup de culture pour très peu de médias. Et c’était justement ce côté là qui m’intéressait. Inutile de vous dire que j’ai raté mon année.

Et maintenant?

A l’heure actuelle je suis en plein blocage. J’ai des vues sur une formation mais le seul hic est qu’il faut le bac+2. Je dois donc repasser le BTS en candidat libre. Tout ça pour vous dire qu’il n y a pas d’âge et de parcours parfait pour les études. Lorsque je repasserais le BTS j’aurais très exactement 23 ans. Et vous savez quoi? Même si je dois attendre 10 ans pour avoir un master je le ferais. Même si je dois repasser par la vie active pour me financer mes études. Ne lâchez rien les amis!

6 Comments

  1. Joyful Dreams

    Tu es courageuse dit donc ! Bravo ! Tu as pas lâché et c’est une bonne chose 🙂
    Pour ma part, j’ai dû abandonner mes études avant la terminale du lycée. J’ai eu pleins de péripéties avec mon école, comme toi, j’étais en lycée professionnel, mais ça ne me plaisait pas plus que ça. Au final, après avoir été embêtée par presque toute l’école, les professeurs y comprit, qui ont poussé les choses pour me faire redoubler et m’éloigner du BAC, ma dépression, mon anxiété et mes problèmes de santé… J’ai tout arrêté ! Aujourd’hui ça me fait un peu mal, j’aurai voulu avoir un diplôme et continuer mes études. Mais je me dis que c’est juste un symbole et que je peux très bien réussir même sans 🙂 Au final j’ai même plus appris de choses depuis que j’ai arrêté haha.
    En tout cas je te souhaites pleins de belles choses pour ton avenir 🙂 J’espère que tu auras ton BTS et que tu feras le métier de tes rêves.
    Bisous.

    1. Sarah Jandau

      Je comprend ta situation, le harcèlement est quelque chose pris beaucoup trop à la légère! Tu n’as pas a t’en vouloir, si tu avais continué a l’époque tu aurais été vraiment mal, et la dépression peut nous faire facilement sombrer… Tu dois être fière de ton parcours, fière d’avoir réussis à affronter tout ça! 😀
      On peut s’en sortir sans diplôme, quand on a de la volonté et la rage de réussir on peut soulever des montagnes! Tout est question de détermination 🙂
      Merci beaucoup ma belle, ton commentaire m’a beaucoup touché.. je te souhaite pleins de belles choses également 🙂

  2. Agnès

    Coucou Sarah !
    Décidément, ton article me parle énormément. Pour ma part j’ai eu un très bon parcours jusqu’à la seconde. Ensuite j’ai eu la bonne idée de faire ce qu’on attendait de moi : « t’as de bonnes notes, tu vas en S ». Résultat: je redouble en section littéraire ahah ! Par la suite je me suis orientée à tâtons sans vraiment savoir ce que je voulais faire. Mes résultats ont considérablement baissé avec les années et l’an dernier je me suis retrouvée sans aucun Master (merci la sélection en M1…)
    Du coup je me sens moins seule dans ma lutte. Il y a toujours ce sentiment de faire une course contre la montre tout en essayant de faire les bons choix. Au final c’est épuisant, mais tu as raison, il ne faut rien lâcher.
    Je te souhaite du courage pour la suite ^^

    1. Sarah Jandau

      Hello!
      On est souvent influencé par ce que les gens veulent de nous, que ce soi professeurs ou même les parents, résultat on échoue ou alors on persiste à rester dans une filière que l’on déteste :/
      Oh mince! Difficile de s’investir lorsque l’on ne sait pas ce qu’on veut vraiment! Totalement d’accord avec toi, on veut toujours aller plus vite dans les études en essayant dès le départ de faire de bons choix, mais il ne faut rien lâcher! 🙂
      Merci, je te souhaite du courage à toi aussi également 🙂

  3. Audrey

    L’orientation est vraiment quelque chose de très compliqué. Je suis aussi d’accord avec toi sur le fait que les jeunes de 15 ans ne peuvent pas encore être surs de la filière qui sera la bonne pour eux, c’est trop tôt !
    En attendant, je te souhaite d’enfin trouver ta voie ! On est beaucoup à tourner en rond et parfois même à se réorienter professionnellement après plusieurs années …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.